Le Web-Annuaire Végane Francophone

Etre végétalien n’empêche pas d’être un athlète de haut niveau

Article par Par Elise Deshaulnier. Traduit de l'anglais par Vegan-france.fr, 2014.



"Je ne peux pas être végane; Je fais des triathlons!" "Je pratique la natation!" "Je joue au golf !" Malgré le fait que les mythes entourant l’alimentation végétalienne ont depuis longtemps été réduits à l’obsolescence, et le fait que le véganisme devient de plus en plus populaire parmi les athlètes professionnels et amateurs, voici quelques uns des arguments que j’entends encore et toujours lors de discussions au sujet d’éthique alimentaire avec des non-véganes.

Beaucoup parmi ceux qui pratique régulièrement un sport d’endurance sont d’accord avec l’aspect éthique du véganisme mais ne peuvent cependant s’empêcher de penser que leurs niveaux de performances en pâtiraient de suivre ce régime. Heureusement, les athlètes végétaliens sont en train de s’approprier avec une régularité croissante les gros-titres des journaux, et en profitent pour révéler la clé de leurs succès : un régime compatissant et végane.

Meagan Duhamel, athlète végétalienne, patineuse artistique canadienne a remporté la médaille d’argent à Sotchi avec son partenaire Eric Radford.

Meagan Duhamel est l’une de ces athlètes. Elle est végane depuis 2008, et à l’âge de 28 ans, la patineuse artistique canadienne a remporté la médaille d’argent à Sotchi avec son partenaire Eric Radford (2014). Dans une récente interview, elle expliquait comment son régime à base de plantes l’a aidé à améliorer ses résultats et l’a amené à devenir l’incroyable sauteuse qu’elle est aujourd’hui : "J’ai toujours aimé sauter ! Et voler ! Faire des triples-sauts est une seconde nature pour moi. Depuis que je suis devenue végane, mes sauts me demandent moins d’efforts, et j’affecte cela au fait que mon corps est au maximum de sa forme tout au long de la saison." En tant qu’athlète professionnelle et nutritionniste holistique, Duhamel sait vraiment de quoi elle parle. Dès son retour de Sotchi, je l’ai conviée à un entretien afin de discuter de son style de vie, et elle a courtoisement accepté.

Nous nous sommes rencontrées au "Sophie Sucrée" une nouvelle boulangerie et salon de thé végane situé sur le Plateau à Montréal. Elle est arrivée vêtue d’un sweat à capuche rouge à l’effigie d’une équipe canadienne et elle avait le même sourire lumineux qu’elle arbore d’habitude sur la glace. Son enthousiasme pour le comptoir à pâtisseries était contagieux : "Oh mon Dieu. Je ne sais pas quoi choisir." Manifestement, les athlètes olympiques sont aussi friands de cupcakes que le reste d’entre nous.

 

" Voila ce que je compte faire de ma vie "

Ce n’est pas seulement de cupcakes que Duhamel raffole. Elle est également une vorace lectrice dotée d’une soif inétanchable de connaissance. Tout a commencé un jour, quand elle est tombée sur "Skinny Bitch" un best-seller dans le domaine de l’alimentation qui promeut le style de vie végane pour des raisons de santé. "J’en ai lu la couverture et c’était vraiment drôle. Ils avaient une approche humoristique de la santé." Elle l’a lue d’une traite en une nuit et le matin suivant elle a décidé de boire son café noir plutôt que d’y ajouter du lait. Elle s’était résolue à devenir végane." Je ne le faisais pas pour des raisons de santé, mais cela m’a paru un défi intéressant. Ainsi je suis allée à la patinoire et j’ai dit à mes entraîneurs que j’allais devenir végétalienne et tout les deux m’ont dit que j’allais souffrir de carences. Plus les gens me disaient que je n’y arriverais pas et plus j’avais envie de le faire. Ainsi, au lieu de n’être qu’un petit projet, je me suis dit que c’est ce que j’allais faire de ma vie."

Durant les six dernières années, Duhamel n’a pas mangé la moindre protéine animale. Et elle a ainsi, non seulement conservé son tonus musculaire mais aussi accru ses performances sur la glace. " Ma définition musculaire s’est amélioré en devenant végane . J’ai commencé à manger moins de protéines, mais les aliments dont je me nourris me fournissent de meilleures protéines et du fer de meilleure qualité. Le fer d’origine végétale est le meilleur pour votre corps."

 

Que mange un athlète végétalien ?

J’espérais revenir de l’interview avec une liste de recettes recommandées à un athlète végétalien qui souhaite maintenir ses performances à un niveau correct. Ainsi je fus surprise devant la simplicité du régime de Meagan. "En fait, je mange ce que mon corps me réclame". Meagan ne tient pas une liste de tout ce qu’elle mange et ne prends garde ni aux calories ni au poids de ce qu’elle mange. Son régime est très simple à suivre pour quiconque souhaitant se nourrir sainement et avoir un bon niveau d’énergie :

"Le matin, je prends un smoothie. Habituellement un vert, du coup, je le prépare avec des épinards, du chou kale et des bettes ou peu importe ce qu’il me reste et j’y ajoute de la banane, du beurre de cacahuètes, de la cannelle et du lait d’amandes ou de noix de coco.

Je suis à l’extérieur toute la journée. Ainsi j’emporte avec moi diverses sortes d’encas. J’ai des barres de muesli, des muffins et des cookies protéinés fait maison. Je fais beaucoup de choses moi-même.

Pour le dîner, c’est souvent un bol de quinoa avec des légumes. J’aime cuisiner moi-même. J’aime préparer des plats de pâtes, des poêlées de légumes et des ragoûts. Je mange beaucoup de ragoûts en hiver. Je passe beaucoup de temps à cuisiner et autant que je le peux, j’essaye de créer de nouvelles recettes en partant de zéro. Bien sûr, je n’ai pas toujours le temps, mais lorsque j’en ai la possibilité c’est ce que je fais."

Outre le fait de manger des aliments complets et d’adopter une approche holistique de l’alimentation quand elle le peut, Duhamel ne se prive pas. Si elle veut des cookies ou des cupcakes, elle en mange ! Tout comme les desserts véganes qu’elle trouve loin d’être fades. "Je crois que j’ai tous les livres de cuisine végane qui sont sortis. Je les ai tous parcouru et annotés. Toutes les recettes que j’ai envie d’essayer et celles que j’ai déjà essayé. Et il m’en reste au moins deux fois autant à essayer! "Meagan est à l’évidence de ce genre de personne que vous pourriez contactez à 5h de l’après-midi, au cas où vous ne sauriez pas quoi préparer au dîner.

Et qu’en est-il des compléments alimentaires ? La médaillée de bronze est sponsorisée par Vega, mais ces compléments protéinés ne sont pas centraux dans son régime. "J’en prends à peu près une barre par jour. Mais je peux ressentir la différence quand je les consomme ou non. Après un grand effort, si je n’en prend pas, je me sens comme si mon corps n’avait pas totalement récupéré."

 

Etre un végane

Retournons six années en arrière. Sincèrement : Est-ce que ca a été dur de devenir végan ? Lorsque Duhamel a décidé de se préoccuper sérieusement de sa santé, "la chose la plus difficile pour moi fut d’arrêter le coca allégé et le café, et non pas de devenir végétalienne !" nous confie-t-elle. "Progressivement, j’ai cessé de boire du coca allégé mais j’apprécie toujours le café."

La seule chose de compliquée dans le fait de devenir végétalienne est de lire la liste des ingrédients sur ma boîte de muffins anglais pour savoir si je peux les manger !" Pour Duhamel, il s’agit simplement de prendre le temps de penser à ce dont nous alimentons notre corps. "Vous pouvez faire le choix d’aller acheter un hamburger chez McDonald’s ou bien vous pouvez vous faire un smoothie à la maison. Pour moi c’est aussi simple. La quantité d’efforts que cela me prendrait d’aller chez McDonald’s et d’y acheter un hamburger et celle qui m’est nécessaire le matin pour me préparer un smoothie et la même. Cela prend autant de temps et revient à peu près au même prix."

Et qu’en est-il de ceux qui disent avoir essayé de devenir végane et s’en sont sentis mal ? " Je leur ai demandé s’ils s’étaient assez renseignés avant de commencer ce nouveau régime et ce qu’ils mangeaient ? Les frites sont véganes ! J’ai cet ami qui a essayé à maintes reprises de devenir végétalienne et après deux semaines, elle me disait toujours "Oh, je suis si malade" Mais qu’as-tu mangé ? "Et bien, un toast avec du beurre de cacahuètes". Evidemment cela explique tout. Il y a d’autres alternatives."

 

Faire ses propres recherches... et aider les gens !

Meagan Duhamel demande aux gens de faire leurs propres recherches et c’est quelque chose qu’elle a elle-même souvent expérimenté. En effet, en tant qu’athlète professionnelle, tout le monde a ses conseils à vous prodiguer au sujet de la nourriture. Apprendre à garder un esprit critique vis-à-vis des suggestions d’autrui fut une grande avancée pour elle. : "Avant d’être végane, je suivais un régime et ce que les gens me disaient, en somme plein d’avis différents. J’ai vu une nutritionniste une fois seulement et elle m’a dit de manger du fromage à effiler. A cette époque, je ne connaissais rien en nutrition mais je savais que le fromage à effiler était un aliment raffiné industriellement et qu’il ne présentait par conséquent aucun intérêt nutritionnel. C’était une nutritionniste qui travaillait pour l’Institut des Sports Canadien, qui me disait, à moi athlète de haut-niveau de manger des barres de muesli et du fromage à effiler. Cela m’a paru si étrange !" Pour Meagan, ce fut là un point crucial. Très vite après être devenue végétalienne, elle a commencé à étudier la nutrition, et deux ans et demi plus tard, elle est devenue une nutritionniste holistique déclarée. Elle voulait mieux comprendre les vitamines, les minéraux et les nutriments, mais elle voulait aussi en apprendre davantage sur ces "endroits obscurs du monde où les gens vivent jusqu’à 120 ans et n’ont jamais entendu parler de cancer, ni de maladie cardiaque." Elle souhaite désormais aider les autres athlètes une fois qu’elle aura achevée sa carrière de patineuse.

Pour ce faire, elle souhaite également mettre en place un blog "sur lequel elle parlera de sa carrière sportive, de son mode d’alimentation, du véganisme et de plein d’autres choses encore. Je pense que ce serait très intéressant et cet été, c’est quelque chose que je pourrais prendre le temps de faire." Avec toute la passion dont elle fait preuve en parlant de son style de vie, c’est une évidence que ce blog sera d’un grand intérêt à suivre. Pour ma part, en tout cas je suis très impatiente.

 

Les conseils de Meagan pour les nouveaux véganes.

• Abandonnez vos idées préconçues et essayez au moins.

• Allez doucement. Si vous voulez conserver un style de vie végane sur le long terme, avancez progressivement – cela aide de faire vos propres recherches.

• Procurez-vous des compléments de vitamines B12

• Jouez avec les herbes aromatiques et les épices – cela fait réellement une grande différence.

• Allez faire vos courses dans des petites boutiques bio locales. La plus part d’entre elles proposent des produits alternatifs géniaux dont vous ignorez peut-être l’existence.

• Suivez le blog « Oh She Glows ». Son auteur est canadien et vit dans la région de Toronto. Elle y poste des recettes, des photos et parle de sa propre expérience. Meagan ne jure que par ce blog.

• Quand Meagan fait ses courses, lorsqu’elle lit la liste des ingrédients sur les produits, sa règle est de ne jamais l’acheter si il y figure plus de trois mots qu’elle n’arrive pas à prononcer.

• Soyez organisé! Quand Meagan est en voyage, elle prend au préalable le temps de se préparer du muesli frais, des cookies, des céréales et fruits secs qu’elle déshydrate elle-même.

 

 

Par Elise Deshaulnier. Traduction par l'équipe du site.

Site officiel Meagan Duhamel et Eric Radford http://www.skatetoday.com/duhamel-radford/

Un autre article sur le sport et le véganisme, avec Brendan Brazier
Voir également notre page SPORT VEGAN

 

 

Article original

http://www.huffingtonpost.ca/elise-desaulniers/athletes-and-vegan_b_5500373.html?just_reloaded=1
Voir l'article