Le Web-Annuaire Végane Francophone

Devenir végane en famille

Article par Clare Crossan le 15 janvier 2014 site TheVeganWoman.com. Traduction française par Manue Collins pour vegan-france.fr, 2014.


Devenir végane est l’un des meilleurs choix que vous puissiez faire, mais celà peut être également un des choix les plus compliqué. Ajoutez-y votre partenaire et un mini-vous ou deux et vous vous demanderez probablement comment vous allez pouvoir vous en sortir. Alors avant que vous ne décidiez d’abandonner le projet, respirez un bon coup et lisez ces conseils qui vous aideront à devenir végane en famille. Courage !

 

1. Allez-y pas à pas et assurez-vous que tout le monde soit avec vous.

Tout d’abord, si vous rencontrez de la résistance de la part de votre moitié ou votre descendance, laissez leur du temps, ils ont peut-être besoin de réfléchir un peu plus longtemps au concept. Peut-être ont-ils également besoin de s’assurer qu’ils ne soient pas obligés de faire partie de quelques stéréotypes négatifs du végane pour mener un mode de vie végane. Ils ont peut-être besoin de goûter de délicieux cupcakes végétaliens ! Quoi qu’il en soit, façonnez vos propres plans pour véganiser votre vie et accepter que votre famille mette un petit peu plus de temps que vous pour se faire à cette idée.
Partez du principe que tout le monde est heureux lorsqu’ils prennent la décision de devenir végane, que vous n’avez pas besoin de vous jeter à l’eau d’un seul coup. Si vous pouvez faire la transition du jour au lendemain, tant mieux pour vous ! Mais si vous n’y arrivez pas, ne vous en voulez pas. Certaines personnes arrêtent d’abord la viande, puis les produits laitiers, puis les œufs, certains trient leur nourriture avant de véganiser leur salle de bain ou leurs vêtements. Les enfants en particulier, des petites créatures faites d’habitudes, s’en sortent beaucoup mieux avec des changements progressifs, mais vous connaissez vos enfants mieux que quiconque, faites juste ce qui est le mieux pour eux. Tant que vous visez vos buts, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de faire les choses.

2. Ayez toujours un arsenal de vos recettes familiales préférées sur vous.

Une des plus grandes peurs de ceux qui se transitionnent vers un régime alimentaire végétalien est qu’ils devront abandonner toute la nourriture qu’ils ont toujours adoré. Pas étonnant qu’ils soient embêtés !
Heureusement ce n’est pas le cas ! Les macaronis au fromage, les burgers et les frites, les pizzas, les plats au curry, les saucisses, les gâteaux, les cookies : Tout peut être véganisé, parfois très simplement. Montrez à votre famille que tout n’est pas que quinoa, tofu et chips de chou kale et vous verrez qu’ils appréhenderont un peu moins le changement.

3. Emmenez les enfants faire les courses avec vous.

Vous le faites probablement déjà selon l’âge de vos enfants (quelle est cette blague qui dit que faire des courses seule est pour une mère aussi bien que d’être en vacances ?) mais il est maintenant temps de vraiment les impliquer dans le processus d’achat des aliments. Laissez les prendre leur temps dans l’exploration des rayons des fruits et légumes et encouragez les à choisir quelque chose de nouveau et essayer. J’ai découvert qu’ils sont plus susceptibles à enquêter sur des nouveaux aliments s’ils sont aidés à choisir.
Pareillement lorsque vous rentrez à la maison, impliquez-les dans la sélection des recettes et à préparer les ingrédients. Mes garçons ont eu cette expérience la dernière fois quand je leur ai fait préparer leur jus vert. Chacun leur tour, ils ajoutaient des épinards, du céleri et d’autres légumes et ils étaient impatients de goûter ce jus quand il était prêt en dépit du fait que mon cadet ne se serait jamais amusé à manger des épinards avant ça.

4. Devenez un mini expert en nutrition.

Il y a 2 raisons pour lesquelles vous devez devenir un je-sais-tout en nutrition.
Premièrement et c’est le plus important vous devez garder en tête que vous abandonnez les groupes d’aliments majeurs quand vous choisissez de faire adopter un régime alimentaire végétalien à vos enfants. Bien sûr, les groupes d’aliments auxquels vous renoncez ne sont pas essentiels mais si comme moi vous avez été élevé dans l’idée que la viande est la meilleure source de protéines et qu’il n’y a rien de mieux que les produits laitiers pour ses apports en calcium, surtout concernant les enfants et leurs os qui grandissent rapidement. Vous vous ferez sans surprise à l’idée que les études actuelles montrent le contraire et qu’il y pleins d’autre sources végétales de calcium. Et saviez-vous que le brocoli contenait des protéines ? Qui l’eut cru, n’est-ce pas ?

Donc oui, vous devez connaître quelques principes de la nutrition végétale pour les enfants afin d’être sûr qu’ils aient tout ce dont ils aient besoin. La Vegan Society au Royaume Uni a quelques bons conseils pour l’éducation des enfants et des ressources nutritionnelles. Nourrir votre nourrisson/jeune enfant avec assurance par la diététicienne Sandra Hood a été ma bible dans les premiers jours. Le Comité des Médecins pour une Médecine Responsable, aux Etats-Unis, a également des bonnes ressources pour les parents souhaitant élever leurs enfants avec un régime végétalien.

Deuxièmement, vous allez faire face à des oppositions. La famille, des amis bienveillants, les médecins (qui s’avèrent ne pas s’y connaître en nutrition. Toutes mes excuses aux docteurs qui eux sont au parfum), tous fronceront les sourcils sur vos décisions ; néanmoins jusqu’à ce qu’ils voient que vos enfants s’épanouissent en étant végétalien, et que leur santé n’est pas plus décadente que les autres enfants (entre nous, avec tous les avantages à adopter un régime végétalien pour les enfants, ils seront probablement même en meilleure santé.) Ça vous aidera (et eux aussi) énormément si vous avez une réponse intelligente toute prête lorsque votre grand tante Peggy demandera « Mais d’où est-ce qu’ils auront les protéines ? » ou quand mamie insistera à dire que leur petit cerveau se ratatinera sans les omégas 3 « que l’on ne trouve que dans le poisson ».

5. Trouvez un praticien de santé sympathisant.

Si vous recherchez un pédiatre, contactez des groupes véganes locaux dont certains des membres seront apte à vous conseiller un médecin de famille sympathisant du mode de vie végane. Quand nous avons changé notre régime alimentaire j’étais un peu parano et je me demandais souvent si je faisais ce qu’il fallait. Commencer un journal alimentaire et discuter de l’alimentation des garçons avec ma diététicienne a été réconfortant et elle m’a également rassuré en m’assurant que nous faisions tout bien et évidemment ça m’a donné des bons arguments contre ceux qui tentaient de me questionner sur ma façon de nourrir mes enfants.

6. Notez les changements.

Puisque nous en sommes à parler de la santé des enfants, ça peut être grandement utile de noter tout ce qui change.
Peut-être que certaines personnes remarqueront des changements négatifs (et si cela arrive, allez vite voir un diététicien) mais vous serez plus susceptible de voir des changements positifs dans le comportement ainsi que dans la santé de votre enfant. Notez tout et jetez-y un coup d’œil dès que quelqu’un vous accusera que vous privez vos enfants ou vous traitera de fou/folle car vous ne laisserez pas le petit Joey manger une boite de nuggets de poulet.

Par exemple, avant d’arrêter de consommer des produits animaux, mon petit Alex était TOUJOURS malade, ce qui n’est pas hors du commun pour des jeunes enfants bien sûr. Otites, toux sévère, infections des voies respiratoires, de l’asthme aggravé par des toux constantes et les rhumes, des maux à l’estomac. Il m’est impossible de vous dire avec précision combien de fois cet enfant s’est vu prescrit des antibiotiques durant ses 3 premières années. Quelques semaines seulement après sa transition vers le véganisme, ses maux d’estomac avaient disparus, son eczéma s’était volatilisé et il n’a plus eu besoin de médicaments depuis (je touche du bois !). Son petit frère (plus ou moins végétalien depuis sa naissance) n’est jamais allé chez le médecin avant ses 3 ans. Lorsque le médecin m’avait demandé à quels antibiotiques Finn était allergique, il était étonné d’apprendre qu’il n’en n’avait jamais pris, qu’il n’avait jamais été malade à ce point. Evidemment, tous deux ont eu des toux et de rhumes ainsi que des petites douleurs à l’estomac mais ils se sont toujours très vite remis, c’est vraiment incroyable. C’est ce qui me permet de continuer malgré les critiques !

7. Expliquer le véganisme de façon à ce que toute la famille comprenne.

Jusqu’à présent, nous n’avions vraiment regardé que la partie santé et alimentaire du véganisme mais lorsque vous faites des changements radicaux, il est également vital de se renseigner sur les effets psychologiques. L’aspect le plus important de tout ça est de vraiment expliquer POURQUOI est-ce que vous faites tous ces changements en famille. Comme nous le savons tous, ce qui nous a fait devenir végane est ce qui nous fait rester végane, et c’est la même chose pour les enfants.
Je ne vous suggère absolument pas de vous asseoir avec vos enfants devant la télévision et de regarder Earthlings pendant que vous grignotez des popcorns (sans beurre). Même si vos enfants sont plus âgés que les miens, vous risquerez de les effrayez à vie avec cette stratégie.
Il est, cependant, important de leur dire ce qu’il se passe dans les industries de viande et de produits laitiers. Vous connaissez votre enfant et vous savez ce qu’ils peuvent supporter ou ce qui peut être trop pour eux. Pour mon aîné, qui avait 3 ans à l’époque de notre transition, ce fut très simple de lui expliquer que la viande venait des animaux, que les animaux étaient nos amis et que nous ne mangeons pas nos amis. J’allaitais son petit frère à cette époque donc nous avons donc discuté à quel point cela serait triste si des gens venaient prendre mon lait et le boiraient eux à la place de bébé Finn et que c’est ce qu’il se passait avec les mamans vaches. Les enfants un peu plus âgés se documentent très bien tout seuls sur internet ou grâce aux livres. Il y a pleins de ressources et bien entendu vous pouvez les guider dans la bonne direction pour être sûrs qu’ils soient protégés de certaines images choquantes.

8. Participez à rassemblements de familles véganes.

Ou organisez-en un s’il n’en existe pas près de chez vous. Les enfants ne veulent pas être différents, ils veulent simplement s’intégrer et être comme leurs amis. Malheureusement, à moins que vous n’éduquiez vos enfants à la maison, la plupart de leurs amis sont des mangeurs de viandes donc cela pourrait leur faire du bien de connaître d’autres enfants végétaliens. Grâce à internet, c’est maintenant plus facile d’être en contact avec d’autres familles véganes et même si il n’y en a pas dans votre entourage, vous pouvez toujours trouvez un correspondant végane à votre enfant. Jetez un coup d’œil au groupe Facebook Little Vegan Buddies (« Petits copains véganes ») et bien sûr soyez toujours prudents lorsque vous rencontrez quelqu’un rencontré en ligne pour la première fois.

9. Visitez un sanctuaire pour animaux ou adoptez un animal à la SPA

Visiter un sanctuaire animal est particulièrement pratique si vous vivez dans une maison sans animaux de compagnie et que vos enfants n’ont jamais vraiment été en contact avec les animaux. Voir la beauté dans d’autres créatures va les aider à comprendre pourquoi nous ne ferions rien qui ferait souffrir ces animaux, en particulier si le sanctuaire visité accueille des animaux qui finissent généralement dans les assiettes. Avoir un compagnon à 4 pattes à la maison peut également être bénéfique pour apprendre à vos enfants que les animaux ont aussi des sentiments, et qu’ils, comme nous, veulent être heureux et aimés. Adopter dans un refuge vous gardera dans l’optique que vous pouvez faire la différence pour la vie de quelqu’un, que ce soit par l’adoption ou par les choix de nourriture que vous faites.

10. Détendez-vous. Vous faites quelque chose de merveilleux !

Entre toutes les inquiétudes de la transition vers un nouveau mode de vie, on peut facilement s’éloigner du pourquoi est-ce que nous faisons ça, et qu’est-ce qu’un mode de vie sans cruauté signifie pour vous. Rappelez-vous toujours des raisons pour lesquelles vous êtes devenu végane et pourquoi vous avez décidé d’être honnête avec vos enfants et votre famille. Sachez que vous n’êtes pas les premiers à devenir végane en famille et qu’il y a de nombreuses personnes qui seraient très heureux de partager avec vous leur expérience et de vous conseiller en groupes Facebook, forums, sites internet, blogs ou de partager avec vous des anecdotes personnelles, et que le nombre de familles qui vivent dans un mode de vie sans cruauté augmente chaque année.

Et pour finir, gardez en mémoire que des écarts arriveront. Même les adultes qui sont véganes depuis des dizaines d’années peuvent faire des erreurs, donc bien sûr les enfants aussi feront des erreurs. Ils pourront même décider qu’ils en ont marre d’être végane et tenteront de mordre dans des burgers ou des nuggets, surtout durant les premiers jours. La chose la plus importante est d’éviter de râler et de leur en vouloir pour ça. En faire quelque chose de grave ne va pas améliorer les choses et vos enfants ne vont en être que contrarié ou pourront vous en vouloir. Soyez plutôt patient, recherchez des façons de leur montrer à quel point votre mode de vie peut être amusant et est en adéquation avec leurs convictions. Souvenez-vous que vous récompensez vos enfants avec des bienfaits inestimables qui les accompagneront pendant les années à venir.

Article par Clare Crossan. Traduction française par Manue Collins

 

Consultez notre référencement FAMILLE VÉGANE

Consultez notre référencement PRATICIENS DE SANTE

 

Article original

http://www.theveganwoman.com/going-vegan-as-a-family/
Voir l'article