Contre la mentaphobie

de David Chauvet

Aujourd’hui, on qualifierait facilement d’obscurantiste l’époque où l’on niait l’âme de certains êtres humains pour mieux les exploiter. Au pays de l’animal-machine, force est de constater qu’on refuse aux animaux une conscience lorsqu’il s’agit de justifier leur meurtre. Cet ouvrage s’attache à dénoncer cette opinion et apporte un nom à l’impossibilité pour nombre d’humains d’accepter une pensée animale : il s’agit de la mentaphobie. Cet essai, par une démonstration rigoureuse, à l’appui de textes philosophiques et d’études scientifiques, nous permet de réfléchir autrement