L’association VEGAN MARATHON fait de plus en plus parler d’elle sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus sur ces ambitions et origines, nous sommes allés à la rencontre de Magà Ettori, fondateur de l’ONG qui nous explique comment ce projet va permettre de défier les idées reçues sur l’alimentation végétale et créer l’une des plus grande communauté sportive végane.

Comment résumer l’association VEGAN MARATHON ? Quelles sont ces objectifs ?

Magà Ettori : La générosité, l’échange, le partage, la valeur de l’exemple, le dépassement de soi sont les principaux axes de l’association. Tous les membres bénévoles de l’association sont mis en lumière dans leurs défis sportifs et font l’objet d’une attention particulière quant à leur accompagnement vers le succès. Leur exemple, leurs défis personnels, leur volonté de réussir des performances qu’ils n’imaginent pas atteindre constituent l’énergie de cette communauté.

« Porter les couleurs de VEGAN MARATHON c’est sensibiliser à la cause animal et au dépassement de soi »

Vegan Marathon est une ONG qui ne s’arrête pas à Paris ou aux frontière françaises, tout le monde peux créer une ambassade et porter les couleurs de l’association. Actuellement des ambassadeurs d’Allemagne, Chili, Suisse, Autriche, Argentine, Canada… participent et soutiennent l’aventure Vegan Marathon. Vous pouvez obtenir les coordonnées de l’ambassade près de chez vous sur le site Internet de l’association et devenir vous-même ambassadeur ou coach sportif !

Comment est né Vegan Marathon ? Pouvez-vous nous raconter ce qui vous a poussé à créer ce projet international ambitieux ?

M.E. : « Je suis cinéaste dans le cinéma indépendant depuis les années 1990. En 2012, déjà militant écologiste engagé, j’ai vécu ma toute première prise de conscience vis à vis de la condition animale pendant la présentation de mon film sur le dérèglement climatique. En effet, à l’issue de la projection, des militants animalistes m’ont approché et m’ont expliqué les problématiques écologiques liées à l’élevage intensif. Je pensais avoir cerné les problèmes environnementaux de notre société, mais je suis tombé de haut quant à mon ignorance sur la condition animale. Suite à cette prise de conscience, je décide de devenir végane et de créer le Collectif Vegan Corsica, qui œuvre au développement du véganisme en Corse (dont je suis originaire). Mon chemin militant prendra ensuite la direction de Vegan Marathon.

Magà Ettori au Marathon de Paris, 2017.

A l’origine du projet Vegan Marathon, je pesais 140 kg, je faisais des apnées du sommeil potentiellement mortelles et de l’hypertension. Très sportif dans ma jeunesse, j’ai toujours souhaité participer à un marathon. Je m’imaginais en finisher du Marathon de New-York, mais suite à un accident, puis à deux greffes d’organes, j’ai arrêté le sport. Je ne pensais pas m’y remettre un jour.
En 2013, j’ai suivi avec intérêt l’aventure de Janette et Alan Murray, qui deviendront plus tard ambassadeurs Australiens de Vegan Marathon. Le couple végétalien âgé respectivement de 64 et 68 ans, a couru un marathon par jour pendant 366 jours consécutifs, soit plus de 15000km en un an, le tour de l’Australie. Leur performance m’a littéralement bluffé ! Puis, à 36 ans à cause de mes soucis de santé les médecins m’ont prédit qu’il me restait 10 ans à vivre… Deux ans avant l’échéance fatidique, j’ai décidé de réagir. Engagé dans la cause végane depuis 2012, je me suis dit que ce serait formidable de courir le marathon de Paris pour sensibiliser à la cause animale. « 
Quelles sont les transformations qui ont opéré en vous suite à votre engagement pour le véganisme, et ensuite dans le sport avec Vegan Marathon ?

M.E. : « Depuis que j’ai abordé et adopté un mode de vie végane, j’ai parfois l’impression de vivre dans un monde parallèle. Mais je me rappelle alors que j’étais dans une position de totale ignorance seulement 6 ans auparavant. Je ne me permet donc pas d’avoir une attitude négative ou critique envers les personnes non véganes. Aujourd’hui j’adopte avant tout une posture positive tournée vers la valeur de l’exemple, l’information, l’animation autour du progrès et du dépassement de soi. J’ai la chance d’avoir une famille soudée, qui s’est très vite engagée avec moi, malgré des origines Corses qui auraient pu être un frein liée à des traditions solidement ancrées. Avant de m’investir avec Vegan Marathon je n’étais pas capable de courir plus d’une minute. Aujourd’hui je suis fier d’avoir participé et terminé 3 marathons ! ».

L’association VEGAN MARATHON est aussi le créateur du projet INSAVE – Institut du Sport et de l’Alimentation Végétale. De quoi s’agit t’il ?

M.E. : « Vegan Marathon à pour objectif de mettre en place, sous la forme d’un institut holistique, une équipe de 14 coaches sportifs à la disposition de tous ceux qui souhaitent travailler leurs performances sur la base d’une alimentation 100% végétale. Elle permettra de faire avancer les connaissances sur la question et de récolter des données scientifiques concrètes pour défendre cette approche. Coaching individuel, rencontres, cours et formations, missions de solidarité et point d’informations, sont autant d’activités prévues dans cet Institut du Sport et de l’Alimentation Végétale – INSAVE qui sera situé en Ile de France. Nous comptons sur les dons et soutiens financiers pour concrétiser cet institut. »

Dernièrement l’association à participé au Marathon de Paris et au Salon du Running. Des célébrités du sport vous ont-elles rejoins ou affiché leur soutien ?

M.E. : « Notre participation à ces évènements est à chaque fois une merveilleuse expérience humaine, et l’occasion pour nous d’informer sur l’alimentation végétale. Oui, de nombreux visiteurs et sportifs ont été intéresses par nos actions. L’accueil du public nous conforte dans l’idée que notre association à un rôle important à jouer dans la sensibilisation à la cause animale. La team sportive de Vegan Marathon est également présente dans les compétitions internationales (Marathon de Paris, New-York, Berlin, Tokyo, Boston, Amsterdam, Londres, dans des trails, des courses sur route, des triathlons, des épreuves de natation, de cycles, de fitness, de musculation, de Crossfit et autres sports de glisse, …). »

L’association lance également « CHALLENGE FOR LIFE », pouvez-vous nous en dire plus ?

M.E. : « Challenge for Life c’est un mois de défi, du 1er au 31 juin. Des membres de l’association s’illustrent par des performances sportives dans l’objectif de briller par l’exemple, obtenir la reconnaissance de leurs progrès, de leur travail autour du dépassement personnel. C’est une occasion supplémentaire de faire rayonner l’association auprès du public. « 

En 2017, Vegan Marathon deviens l’une des plus grandes équipes de coureurs végétariens et véganes, avec des membres dans 15 pays. Quelle succès ! Pour résumer, comment participer à Vegan Marathon et ses projets pour la cause animale ?

M.E. : « Vous pouvez soutenir l’association via des dons, vous pouvez courir pour les animaux lors de nos actions aux évènements sportifs, vous pouvez devenir VG COACH, devenir ambassadeur, partenaire, sponsor, bénévole ! Utilisez le site Internet de VEGAN MARATHON pour rejoindre l’aventure ! ».

https://veganmarathonlefilm.wordpress.com/

L’équipe Vegan Marathon au salon VeggieWorld Paris Avril 2018.

Meagan Duhamel, athlète végétalienne, patineuse artistique canadienne a remporté la médaille d’argent à Sotchi avec son partenaire Eric Radford.

Beaucoup parmi ceux qui pratique régulièrement un sport d’endurance sont d’accord avec l’aspect éthique du véganisme mais ne peuvent cependant s’empêcher de penser que leurs niveaux de performances en pâtiraient de suivre ce régime. Heureusement, les athlètes végétaliens sont en train de s’approprier avec une régularité croissante les gros-titres des journaux, et en profitent pour révéler la clé de leurs succès : un régime compatissant et végane.

Meagan Duhamel est l’une de ces athlètes. Elle est végane depuis 2008, et à l’âge de 28 ans, la patineuse artistique canadienne a remporté la médaille d’argent à Sotchi avec son partenaire Eric Radford (2014). Dans une récente interview, elle expliquait comment son régime à base de plantes l’a aidé à améliorer ses résultats et l’a amené à devenir l’incroyable sauteuse qu’elle est aujourd’hui : « J’ai toujours aimé sauter ! Et voler ! Faire des triples-sauts est une seconde nature pour moi. Depuis que je suis devenue végane, mes sauts me demandent moins d’efforts, et j’affecte cela au fait que mon corps est au maximum de sa forme tout au long de la saison. » En tant qu’athlète professionnelle et nutritionniste holistique, Duhamel sait vraiment de quoi elle parle. Dès son retour de Sotchi, je l’ai conviée à un entretien afin de discuter de son style de vie, et elle a courtoisement accepté.

Nous nous sommes rencontrées au « Sophie Sucrée » une nouvelle boulangerie et salon de thé végane situé sur le Plateau à Montréal. Elle est arrivée vêtue d’un sweat à capuche rouge à l’effigie d’une équipe canadienne et elle avait le même sourire lumineux qu’elle arbore d’habitude sur la glace. Son enthousiasme pour le comptoir à p�âtisseries était contagieux : « Oh mon Dieu. Je ne sais pas quoi choisir. » Manifestement, les athlètes olympiques sont aussi friands de cupcakes que le reste d’entre nous.

« Voila ce que je compte faire de ma vie »

Ce n’est pas seulement de cupcakes que Duhamel raffole. Elle est également une vorace lectrice dotée d’une soif inétanchable de connaissance. Tout a commencé un jour, quand elle est tombée sur « Skinny Bitch » un best-seller dans le domaine de l’alimentation qui promeut le style de vie végane pour des raisons de santé. « J’en ai lu la couverture et c’était vraiment drôle. Ils avaient une approche humoristique de la santé. » Elle l’a lue d’une traite en une nuit et le matin suivant elle a décidé de boire son café noir plutôt que d’y ajouter du lait. Elle s’était résolue à devenir végane. » Je ne le faisais pas pour des raisons de santé, mais cela m’a paru un défi intéressant. Ainsi je suis allée à la patinoire et j’ai dit à mes entraîneurs que j’allais devenir végétalienne et tout les deux m’ont dit que j’allais souffrir de carences. Plus les gens me disaient que je n’y arriverais pas et plus j’avais envie de le faire. Ainsi, au lieu de n’être qu’un petit projet, je me suis dit que c’est ce que j’allais faire de ma vie. »

Durant les six dernières années, Duhamel n’a pas mangé la moindre protéine animale. Et elle a ainsi, non seulement conservé son tonus musculaire mais aussi accru ses performances sur la glace.  » Ma définition musculaire s’est amélioré en devenant végane . J’ai commencé à manger moins de protéines, mais les aliments dont je me nourris me fournissent de meilleures protéines et du fer de meilleure qualité. Le fer d’origine végétale est le meilleur pour votre corps. »

Que mange un athlète végétalien ?

J’espérais revenir de l’interview avec une liste de recettes recommandées à un athlète végétalien qui souhaite maintenir ses performances à un niveau correct. Ainsi je fus surprise devant la simplicité du régime de Meagan. « En fait, je mange ce que mon corps me réclame ». Meagan ne tient pas une liste de tout ce qu’elle mange et ne prends garde ni aux calories ni au poids de ce qu’elle mange. Son régime est très simple à suivre pour quiconque souhaitant se nourrir sainement et avoir un bon niveau d’énergie :

« Le matin, je prends un smoothie. Habituellement un vert, du coup, je le prépare avec des épinards, du chou kale et des bettes ou peu importe ce qu’il me reste et j’y ajoute de la banane, du beurre de cacahuètes, de la cannelle et du lait d’amandes ou de noix de coco.

Je suis à l’extérieur toute la journée. Ainsi j’emporte avec moi diverses sortes d’encas. J’ai des barres de muesli, des muffins et des cookies protéinés fait maison. Je fais beaucoup de choses moi-même.

Pour le dîner, c’est souvent un bol de quinoa avec des légumes. J’aime cuisiner moi-même. J’aime préparer des plats de pâtes, des poêlées de légumes et des ragoûts. Je mange beaucoup de ragoûts en hiver. Je passe beaucoup de temps à cuisiner et autant que je le peux, j’essaye de créer de nouvelles recettes en partant de zéro. Bien sûr, je n’ai pas toujours le temps, mais lorsque j’en ai la possibilité c’est ce que je fais. »

Outre le fait de manger des aliments complets et d’adopter une approche holistique de l’alimentation quand elle le peut, Duhamel ne se prive pas. Si elle veut des cookies ou des cupcakes, elle en mange ! Tout comme les desserts véganes qu’elle trouve loin d’être fades. « Je crois que j’ai tous les livres de cuisine végane qui sont sortis. Je les ai tous parcouru et annotés. Toutes les recettes que j’ai envie d’essayer et celles que j’ai déjà essayé. Et il m’en reste au moins deux fois autant à essayer! « Meagan est à l’évidence de ce genre de personne que vous pourriez contactez à 5h de l’après-midi, au cas où vous ne sauriez pas quoi préparer au dîner.

Et qu’en est-il des compléments alimentaires ? La médaillée de bronze est sponsorisée par Vega, mais ces compléments protéinés ne sont pas centraux dans son régime. « J’en prends à peu près une barre par jour. Mais je peux ressentir la différence quand je les consomme ou non. Après un grand effort, si je n’en prend pas, je me sens comme si mon corps n’avait pas totalement récupéré. »

Etre une « végane »

Retournons six années en arrière. Sincèrement : Est-ce que ca a été dur de devenir végane ? Lorsque Duhamel a décidé de se préoccuper sérieusement de sa santé, « la chose la plus difficile pour moi fut d’arrêter le coca allégé et le café, et non pas de devenir végétalienne ! » nous confie-t-elle. « Progressivement, j’ai cessé de boire du coca allégé mais j’apprécie toujours le café. »

La seule chose de compliquée dans le fait de devenir végétalienne est de lire la liste des ingrédients sur ma boîte de muffins anglais pour savoir si je peux les manger ! » Pour Duhamel, il s’agit simplement de prendre le temps de penser à ce dont nous alimentons notre corps. « Vous pouvez faire le choix d’aller acheter un hamburger chez McDonald’s ou bien vous pouvez vous faire un smoothie à la maison. Pour moi c’est aussi simple. La quantité d’efforts que cela me prendrait d’aller chez McDonald’s et d’y acheter un hamburger et celle qui m’est nécessaire le matin pour me préparer un smoothie et la même. Cela prend autant de temps et revient à peu près au même prix. »

Et qu’en est-il de ceux qui disent avoir essayé de devenir végane et s’en sont sentis mal ?  » Je leur ai demandé s’ils s’étaient assez renseignés avant de commencer ce nouveau régime et ce qu’ils mangeaient ? Les frites sont véganes ! J’ai cet ami qui a essayé à maintes reprises de devenir végétalienne et après deux semaines, elle me disait toujours « Oh, je suis si malade » Mais qu’as-tu mangé ? « Et bien, un toast avec du beurre de cacahuètes ». Evidemment cela explique tout. Il y a d’autres alternatives. »

Faire ses propres recherches… et aider les gens !

Meagan Duhamel demande aux gens de faire leurs propres recherches et c’est quelque chose qu’elle a elle-même souvent expérimenté. En effet, en tant qu’athlète professionnelle, tout le monde a ses conseils à vous prodiguer au sujet de la nourriture. Apprendre à garder un esprit critique vis-à-vis des suggestions d’autrui fut une grande avancée pour elle. : « Avant d’être végane, je suivais un régime et ce que les gens me disaient, en somme plein d’avis différents. J’ai vu une nutritionniste une fois seulement et elle m’a dit de manger du fromage à effiler. A cette époque, je ne connaissais rien en nutrition mais je savais que le fromage à effiler était un aliment raffiné industriellement et qu’il ne présentait par conséquent aucun intérêt nutritionnel. C’était une nutritionniste qui travaillait pour l’Institut des Sports Canadien, qui me disait, à moi athlète de haut-niveau de manger des barres de muesli et du fromage à effiler. Cela m’a paru si étrange ! » Pour Meagan, ce fut là un point crucial. Très vite après être devenue végétalienne, elle a commencé à étudier la nutrition, et deux ans et demi plus tard, elle est devenue une nutritionniste holistique déclarée. Elle voulait mieux comprendre les vitamines, les minéraux et les nutriments, mais elle voulait aussi en apprendre davantage sur ces « endroits obscurs du monde où les gens vivent jusqu’à 120 ans et n’ont jamais entendu parler de cancer, ni de maladie cardiaque. » Elle souhaite désormais aider les autres athlètes une fois qu’elle aura achevée sa carrière de patineuse.

Pour ce faire, elle souhaite également mettre en place un blog « sur lequel elle parlera de sa carrière sportive, de son mode d’alimentation, du véganisme et de plein d’autres choses encore. Je pense que ce serait très intéressant et cet été, c’est quelque chose que je pourrais prendre le temps de faire. » Avec toute la passion dont elle fait preuve en parlant de son style de vie, c’est une évidence que ce blog sera d’un grand intérêt à suivre. Pour ma part, en tout cas je suis très impatiente.

Les conseils de Meagan pour les nouveaux véganes.

– Abandonnez vos idées préconçues et essayez au moins.

– Allez doucement. Si vous voulez conserver un style de vie végane sur le long terme, avancez progressivement, cela aide de faire vos propres recherches.

– Procurez-vous des compléments de vitamines B12

– Jouez avec les herbes aromatiques et les épices, cela fait réellement une grande différence.

– Allez faire vos courses dans des petites boutiques bio locales. La plus part d’entre elles proposent des produits alternatifs géniaux dont vous ignorez peut-être l’existence.

– Suivez le blog  » Oh She Glows « . Son auteur est canadien et vit dans la région de Toronto. Elle y poste des recettes, des photos et parle de sa propre expérience. Meagan ne jure que par ce blog.

– Quand Meagan fait ses courses, lorsqu’elle lit la liste des ingrédients sur les produits, sa règle est de ne jamais l’acheter si il y figure plus de trois mots qu’elle n’arrive pas à prononcer.

– Soyez organisé! Quand Meagan est en voyage, elle prend au préalable le temps de se préparer du muesli frais, des cookies, des céréales et fruits secs qu’elle déshydrate elle-même.

Site officiel Meagan Duhamel et Eric Radford https://www.skatetoday.com/duhamel-radford/

Article par Elise Deshaulnier (Huffington Post), traduit par Vegan France.

Brendan est un ancien triathlète de la compétition « Ironman », double champion canadien de l’Ultra Marathon de 50km, le créateur de VEGA, une gamme de produits alimentaires nutritionnels primée et l’auteur à succès de Thrive.

Egalement créateur de THRIVE FOODS Direct, Brendan a développé un service de livraison d’aliments complets à base de plantes, basé sur sa philosophie nutritionnelle, qu’il a adapté de sa série de livres Thrive.

Reconnu comme l’un des plus grands spécialistes en matière de nutrition végétale, Brendan est invité à donner des conférences à l’Université Cornell et enseigne un cours sur www.ecornell.com intitulé  » The Plant-Based Diet and Elite Athlecism  » ( » L’alimentation végétale et l’athlétisme de haut niveau « ).

La volonté de Brendan de diffuser le mode de vie éthique, sain et respectueux de l’environnement, à travers une alimentation végétale, l’a mené aux quatre coins de l’Amérique du Nord, où il donne des conférences aux événements tels que le Chicago Green Festival et le Gala de la fondation United States Humane Society.

Brendan a aussi été invité à prendre la parole face au Congrès américain au Capitole à Washington, où il s’est exprimé sur les avantages sociaux et économiques considérables qui pourraient être obtenus en améliorant la santé de chacun, grâce à une meilleure alimentation. L’objet principal de son discours était d’attirer l’attention sur le rôle que joue l’alimentation dans la prévention de la plupart des maladies chroniques dont souffrent les américains aujourd’hui.

Durant tout le mois d’octobre 2008, Brendan était orateur sur la tournée de conférence universitaire Students for Sustainability (« Étudiants pour le développement durable »), dans l’ensemble du Canada. Prenant la parole dans 21 universités, accompagné d’autres conférenciers tels que David Suzuki et Stephan Lewis, la tournée s’est déplacée dans tout le pays, offrant aux étudiants des solutions concrètes pour la protection de l’environnent. Ce fut la plus grande tournée environnementale du Canada.

Son dernier livre (septembre 2011) s’intitule Thrive Foods : 200 Plant-Based Recipes for Peak Health, que l’on peut traduire par « Aliments florissants : 200 recettes végétaliennes pour une santé optimale ». Il creuse au plus profond des aspects environnementaux de la production alimentaire et offre des solutions concrètes qui nous aident à réduire notre impact sur l’environnement.

« Thrive Foods vous offre une alimentation bonne pour vous et pour la planète », Washington Post.

« Thrive Diet, guide pour les régimes végétaliens dans le milieu du sport… est devenu comme une bible », Wall Street Journal.

S’appuyant sur la réduction du stress, la philosophie nutritionnelle de santé maximale introduite dans son fameux guide nutritionnel Vegan Thrive, le triathlète tourne maintenant son attention vers votre assiette. D’où provient votre nourriture, et est-elle bonne pour votre santé ? Comment être sûr de recevoir tous les nutriments dont vous avez besoin ? Dans Thrive Foods, Brazier explique clairement comment la nourriture végétalienne est la meilleure forme d’assurance maladie proactive et de durabilité environnementale.
Et ce n’est pas tout. Thrive Food présente aussi 200 recettes nutritionnelles complètes et faciles à réaliser, qui utilisent le pouvoir des super-aliments comme la maca, les graines de chia, le chanvre et la chlorelle, et qui évitent l’utilisation des allergènes communs tels que le blé, la levure, le gluten, le soja, le lait et le maïs.
Si vous êtes à la recherche d’une énergie durable, d’un sommeil de haute-qualité, d’une force physique et d’une clarté mentale afin de répondre aux exigences courantes, Thrive est votre ressource.

« Je suis éternellement reconnaissant envers ce livre et envers Brendan…J’ai remarqué une augmentation de mon énergie et un sommeil plus réparateur. Mon désir de sucre et de sel disparaît, et de plus, je suis les recettes et je les adore « , Hugh Jackman.

« Le livre de Brendan montre clairement que choisir de manger végétalien plutôt que des animaux est non seulement la meilleure chose que vous pouvez faire pour votre propre santé, mais aussi pour la santé de notre planète. Thrive Foods m’aide à maintenir une bonne santé et à donner le meilleur de moi-même, même pendant les plus longues tournées « , Moby.

Thrive :

Le premier et le seul livre nutritionnel complet pour les athlètes véganes. Thrive est un programme à long-terme qui vous aidera à développer votre masse musculaire, un esprit vif et une énergie impérissable, que vous soyez un athlète professionnel ou cherchant simplement à booster votre santé physique et mentale. L’un des quelques athlètes professionnels suivant une alimentation entièrement végétalienne, Brendan a recherché et développé un programme facile à suivre pour améliorer ses performances en tant qu’athlète de haut niveau.

Thrive Fitness :

Après avoir écrit le fameux guide nutritionnel végane, Thrive, Brendan présente son programme facile à suivre de santé et de fitness, avec photos et exercices détaillés. Thrive Fitness explique comment atteindre des résultats maximums en un minimum de temps. Que vous soyez un débutant à court de temps ou un athlète expérimenté, Thrive Fitness vous aidera à sculpter des muscles forts et élancés ; améliorer la qualité de votre sommeil; réduire les graisses corporelles ; minimiser vos risques de maladies ; augmenter votre énergie ; accroître votre clarté mentale ; supprimer les envies de sucre ; et éviter les blessures musculaires.

La marque Vega :

« En 2003, Charles Chang (propriétaire de l’entreprise Sequel Naturals) et moi avons réalisé une réplique de la boisson que je me préparais depuis le début des années 1990. J’ai commencé à la boire afin de réduire le temps de rétablissement entre mes entraînements, et elle m’a permis de m’entraîner d’avantage et de m’améliorer plus vite. Je pense que ce fut un facteur déterminant qui m’a permis d’avoir une carrière en tant que Ironman professionnel pendant sept ans.
Nous avons lancé la formule de shake complet Vega Complete Whole Food Health Optimizer (appelée maintenant Vega One) dans les magasins d’aliments naturels au Canada, en septembre 2004. L’année suivante, nous avons commencé à l’exporter jusqu’aux Etats-Unis. Elle est maintenant disponible dans la plupart des magasins d’aliments naturels et des GNCs (centres nutritionnels) au Canada et aux Etats-Unis, et elle a récemment commencé à apparaître dans les supermarchés traditionnels et les pharmacies. »

La philosophie Thrive :

« En plus des effets de l’alimentation sur notre santé, je pense qu’il est aussi dans notre intérêt de considérer les conséquences de nos choix alimentaires sur l’environnement. Les quantités de chacune des ressources naturelles telles que les terres arables, les combustibles fossiles, l’eau et les émissions produites dans le processus de production alimentaire, et la quantité de nutriments obtenus sont les sujets que j’aborde dans Thrive Foods. »

Lors de ses conférences, Brendan Brazier nous apporte des informations sur les thèmes suivants :
– l’augmentation de la productivité par le fitness,
– la réduction du stress à travers l’alimentation végétalienne,
– la nutrition végane des sportifs : comment améliorer les performances athlétiques avec une alimentation végétalienne,
– comment réduire votre empreinte carbonique en adoptant une alimentation végétalienne.

Site web de Brendan Brazier

https://www.brendanbrazier.com

Tapez ce que vous recherchez et appuyez sur la touche Entrée