Victoire pour les boissons alternatives au lait animal

Le Parlement annonce le 25 mai 2021 le rejet de l’amendement 171, la projet de loi de restriction des règles relatives aux boissons végétales.

Après la victoire pour le Veggie-Burger, le Parlement européen vient d’annoncer abandonner sa tentative de limiter radicalement les possibilités d’étiquetage et de commercialisation des substituts végétaux des produits laitiers dans le cadre de la réforme de la politique agricole commune (PAC). À l’approche des négociations finales sur la PAC cette semaine, les fonctionnaires du Conseil et du Parlement ont confirmé que les députés européens avaient accepté de supprimer un amendement controversé (numéro 171) par lequel ils cherchaient à renforcer les restrictions existantes sur les produits laitiers alternatifs.

Le secteur de l’alimentation végétarienne craignait que la formulation vague de l’amendement n’aille jusqu’à interdire aux produits laitiers alternatifs d’utiliser des termes ou des emballages liés aux produits laitiers, tels qu’une brique de lait ou des termes tels que « substitut de produits laitiers ». Cependant certains termes tels que “lait” et “yaourt” restent interdits.

De nombreux consommateurs s’était également prononcés contre ces projets, plus de 450 000 personnes avaient signé une pétition demandant à l’UE de les abandonner, dont la militante pour le climat Greta Thunberg. « L’Europe à parlé : la censure des alternatives au lait animal à été vaincue !  » s’est exprimé Sebastian Joy, président de Proveg International.

Publication LinkedIn de Sebastian Joy

Une tentative de censure sur l’ensemble de la commercialisation des alternatives végétale

En interdisant toute “utilisation directe ou indirecte” ou “évocation” aux produits laitiers, ces projets de loi – connus sous le nom d’amendement 171 – auraient introduit de nouvelles restrictions qui auraient pu empêcher les produits laitiers d’origine végétale de :

  • Fournir des informations essentielles sur la santé et les allergènes, telles que “alternative sans lactose au lait de vache”.
  • Utiliser des emballages similaires à ceux utilisés pour les produits laitiers, tels que des cartons.
  • Utiliser des images du produit versé dans un bol lors du petit-déjeuner ou des images de mousse blanche sur un cappuccino.
  • Informer les consommateurs sur l’impact climatique des aliments, par exemple en comparant l’empreinte carbone des produits laitiers d’origine végétale et aux produits conventionnels.
  • Utiliser des termes utiles tels que “crémeux” ou “beurré”.

 

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Découvrez aussi