Définition du véganisme

Que signifie le terme « VEGAN » ?

Origine du terme « végane » : Ce terme officiellement enregistré par le dictionnaire français en 2015 (Le Petit Robert) est adapté de l’anglais « Vegan ». Son usage prédomine aujourd’hui l’utilisation de l’équivalent français « végétalien » par sa plus grande facilité de prononciation (terme plus court) et sa plus grande compatibilité internationale (influence d’Internet et des réseaux sociaux). Il est aujourd’hui convenu d’adapter l’orthographe « Vegan » et « Vegans » en Végane et Véganes (toujours au féminin).

Végane (l’individu) : Personne qui exclut, autant que possible en pratique, tout produit d’origine animale (végétalisme) et adopte un mode de vie respectueux des animaux (habillement, cosmétiques, loisirs…). Adj. Le mouvement végane, véganisme. (Définition Le Petit Robert 2015).

On entend par « origine animale » les substances issues de l’élevage, de l’abattage, de la chasse et de la pêche.

Végane (le produit) : Produit exempt de toute substance d’origine animale, n’ayant fait appel à des agents techniques d’origine animale et n’ayant été testé d’aucune façon sur eux. La fabrication d’un produit explicitement végane impose la cherche d’exclusion, autant que possible, de toute forme de participation au commerce des animaux depuis sa formulation jusqu’à l’emballage.

 

Le véganisme s’attache à refuser la marchandisation des animaux, à savoir les produits issus de l’abattage, de l’élevage, de la chasse et de la pêche.

 

Le véganisme, l’opportunité du prochain millénaire

Le véganisme trouve son origine dans des racines extrêmement anciennes; notamment au travers de cultures orientales et extrême-orientales.
Toujours d’actualité, le véganisme s’est peu à peu imposé comme une solution efficace face à des problèmes cruciaux : qu’ils soient éthiques, écologiques ou sanitaires.

 

Les animaux ne sont pas des objets, nos esclaves ou des déchets. Le véganisme vise à refuser leur marchandisation.

Esclaves et victimes des besoins de nos sociétés, ils sont l’objet d’expériences et d’exploitation massive. Ils assurent au quotidien nos « besoins » alimentaires, notre « confort » ou notre « divertissement ». La consommation organisée des animaux est devenue colossale et la violation de leurs droits fondamentaux systématique.

Une référence pour refaire la connexion : Earthlings, documentaire de Shaun Monson sur l’exploitation des animaux (narration M. Ginolin) : « Terriens » (Earthlings)

Autre référence « Si les abattoirs avaient des vitres, tout le monde deviendrait végétarien » avec Paul McCartney, musicien (The Beatles) pour l’association PETA ».« Si les abattoirs avaient des vitres »

 

Il existe d’autres avantages à refuser l’exploitation animale

  • Se passer d’une alimentation omnivore, et de produits d’origine animale, permettrait de rendre disponible 75% des terres arables dans le monde, et ainsi subvenir aux besoins alimentaires de l’ensemble de la planète.
  • Une baisse significative des gaz à effets de serre, avec la disparition totale de l’élevage intensif (qui pollue d’avantage que l’industrie des transports).
  • Un net recul de certains cancers et des maladies cardio-vasculaires (responsables de 80% des décès dans le monde).
  • Il est aujourd’hui admis par de nombreux nutritionnistes que l’apport journalier en protéines peut se faire à travers une alimentation exclusivement végétalienne, rendant ainsi obsolète la consommation de viande. Des études menées par des nutritionnistes ont permis de mettre en exergue de nombreux guide d’alimentation exclusivement végétale, afin d’accompagner le consommateur sur différents stades de vie : pendant la grossesse, durant l’allaitement, la petite enfance, l’enfance et l’adolescence.

Selon un rapport de l’ONU (Organisation des Nations-Unies) « Un changement global de l’alimentation mondiale vers une alimentation à dominance végétale est absolument vital pour sauver le monde de la faim, de la carence de carburant et le soustraire aux pires impacts du changement climatique. » Assessing the Environmental Impacts of Consumption and Production – Priority Products and Materials – p82 – 2010

« Choisir le véganisme, c’est faire le choix de limiter au quotidien son « empreinte », en adoptant des choix de consommation éthiques, respectueux du vivant et de la durabilité de son habitat. Si vous souhaitez avoir un impact positif pour les ANIMAUX, la préservation de la PLANÈTE et votre SANTÉ, LE VEGANISME EST LA SOLUTION ! »Association VEGAN IMPACT

« L’élevage et la pêche ont aujourd’hui des conséquences dramatiques pour les humains, les animaux et l’environnement. Des solutions existent mais vont à l’encontre d’intérêts économiques. » Association L214

 

 

 

 

 

Vidéo « Pourquoi ? Parce qu’eux. »

Vidéo de Jihem Doe, avec son aimable autorisation.

 

En savoir plus avec les Guides en ligne

En savoir plus sur la réalité de l’exploitation animale http://www.viande.info/

En savoir plus sur la philosophie végane http://vegfaq.org

Consultez également notre page Célébrités et véganisme

Consultez également notre page Ils sont végétariens et végétaliens depuis leur naissance.

 

Article par Blandine Varlez, pour Vegan France.